Accueil

logo

Autrefois, une "potine" était en Normandie un petit pot de terre cuite qui permettait de se chauffer les pieds. En hiver, les femmes se rassemblaient dans leur village pour filer et discuter. Chacune apportait sa potine. Le verbe "potiner" signifiait donc tout simplement "se réunir autour des potines pour bavarder". C'est de là que provient le mot "potin" qui a au fur et à mesure pris le sens de "commérages", puis de "ragots", et enfin "bruit". "Faire du potin" signifie aujourd'hui faire beaucoup de bruit. (source linternaute)

 

Rendez-vous une fois par mois pour un nouvel article...


 

La Castafiore de Tintin a existé

 

La Castafiore présente dans les aventures de Tintin a véritablement existé ! Florence Foster Jenkins était une "soprano" du XIXe siècle, persuadée d'être exceptionnelle alors qu'elle chantait très mal.

encre ombre jaccottet« Je me redresse avec effort et je regarde : il y a trois lumières, dirait-on. Celle du ciel, celle qui de là-haut s'écoule en moi, s'efface, et celle dont ma main trace l'ombre sur la page.

 

L'encre serait de l'ombre.

 

Ce ciel qui me traverse me surprend.

 

On voudrait croire que nous sommes tourmentés pour mieux montrer le ciel. Mais le tourment l'emporte sur ces envolées, et la pitié noie tout, brillant d'autant de larmes que la nuit. » P.J.

 

Entrez en poésie ! Cette injonction semble plus que jamais nécessaire dans une société de plus en plus désenchantée où le merveilleux n'a plus sa place face au besoin impérieux de consommer toujours plus. Philippe Jaccottet, en promeneur attentif, disponible, capable d'émerveillement aussi bien que d'effroi, et qui transmet son approche lucide, sombre ou éblouie, de la lumière en chacune de ses métamorphoses est un compagnon de route idéal pour déchiffrer le mystère du monde. La grâce de son style nous emporte dans un univers foisonnant, aux confins du rêve et de la réalité ; nul besoin d'être spécialiste pour apprécier l'éphémère beauté qui se dégage de son œuvre dont vous pourrez découvrir l'infinie étendue en lisant ce livre qui reprend l'essentiel de ses écrits publiés entre 1946 et 2008. « Vivre de prose n'est que survivre. Vivre, c'est vivre poétiquement » affirme Edgar Morin. Et vous, qu'en pensez-vous ?

 

kotoL'histoire de la musique traditionnelle japonaise peut se découper selon les grandes périodes de l'histoire du Japon : son évolution a suivi les différentes périodes d'ouvertures et d'isolation de l'archipel. Elle débute dès la préhistoire sous forme archaïque, dont on ne sait grand-chose, excepté le fait qu'elle était liée à une certaine pensée religieuse, ou du moins aux croyances primitives d'alors, et qu'elle était associée au moins à un art, celui de la danse.

coeur de canardPar mégarde, Herbert le canard, humble sous-fifre au service du Gardien du Donjon, a provoqué la mort d'un puissant barbare qui était destiné à accomplir une périlleuse mission pour le maître des lieux. Comme si de rien n'était, notre insouciant volatile endosse l'armure du disparu et se lance sur les routes périlleuses de Terra Amata en compagnie de Marvin, un dragon bougon mais balaise dans les bagarres ! Et il ne sera pas de trop pour affronter la terrible secte des Capuchons...

 

Inspirée du célèbre jeu de rôle Donjons et Dragons et de quelques autres références en matière d'heroic fantasy (notamment Le Seigneur des anneaux de J.R.R. Tolkien ou encore Conan le barbare de Robert E. Howard), cette parodie du genre touche un large public grâce à ses nombreux niveaux de lecture et d'humour. Aux commandes de ce tome 1, Joann Sfar (Le Chat du Rabbin) et Lewis Trondheim (Les formidables aventures de Lapinot) posent les bases d'une longue série qui ambitionne de dépasser les 300 tomes répartis sur 3 cycles d'aventures distincts. Un colossal projet qui n'a d'égal que sa rafraîchissante bouffonnerie !

 

- A lire d'urgence si vous avez aimé Le Donjon de Naheulbeuk ou encore Merlin -

longuedistance ysYves Simon le dit lui-même : « Les chansons sont des calendriers affectifs. [...] Elles sont des morceaux de vies éparpillées, chargées de l'histoire des générations. [...] Elles sont là pour rendre invincibles. ». Longue distance est un best of du célèbre chanteur de Diabolo Menthe regroupant ses titres les plus marquants des années 1973 à 1985. Chacune d'entre elles évoque sa passion pour Rimbaud et Lewis Carroll, son errance américaine dans les rues de Manhattan, son adolescence à Contrexéville ou encore son recul par rapport à la fuite en avant du temps – l'un de ses thèmes de prédilection. L'écrivain-chanteur nous berce d'une douce mélancolie, de celle qui est positive et nous fait comprendre qu'avec le temps, tous les souvenirs deviennent bons. Et ces souvenirs ne doivent pas nous enfermer mais au contraire nous éveiller et nous préparer à l'avenir. « Il faut faire de sa vie un chef-d'œuvre » disait Michel Foucault... C'est en un sens le message de ce magnifique album à découvrir ou redécouvrir.

seeds

Une grainothèque à la bibliothèque !

Conserver la biodiversité est devenu un enjeu majeur de notre société. Les graines sont aussi un patrimoine à préserver, tout comme les livres.

 

La grainothèque a fleuri le samedi 02 avril à 16h et vous attend dans le hall d'accueil de la bibliothèque.

Elle est ouverte à tous et fonctionne sur un échange libre et non monétaire de graines. Attention, elles ne doivent être ni hybrides F1 ni modifiées de quelque manière.

 

N'hésitez plus, jardiniers en herbe... Préparez vos graines pour vos futurs trocs et cultivez-vous ! En vue de vos plantations, des ouvrages seront à votre disposition.