kotoL'histoire de la musique traditionnelle japonaise peut se découper selon les grandes périodes de l'histoire du Japon : son évolution a suivi les différentes périodes d'ouvertures et d'isolation de l'archipel. Elle débute dès la préhistoire sous forme archaïque, dont on ne sait grand-chose, excepté le fait qu'elle était liée à une certaine pensée religieuse, ou du moins aux croyances primitives d'alors, et qu'elle était associée au moins à un art, celui de la danse.

 

Au contact progressif du continent, commençant par la Corée puis s'étendant à la Chine, la musique va se développer progressivement, d'abord jouée par des musiciens étrangers. Les témoignages seront évidemment de plus en plus nombreux à partir de l'importation de l'écriture et du bouddhisme, au milieu du 6e siècle : différents styles musicaux sont importés, et progressivement reproduits. Ce n'est cependant qu'en 701 qu'un département de la musique sera officiellement établi au Japon, et que l'orchestre de la Cour se met en place : les différentes techniques musicales commencent alors à être assimilées, transformées pour correspondre au goût nippon, et l'on se met également à écrire sur le modèle continental. L'arrêt des ambassades vers la Chine et donc la fermeture relative de l'archipel au continent a contribué à ce que se développent des compositions vocales originales les siècles suivants.

 

Du 12e au 16e siècle et avec les guerriers au pouvoir, le goût japonais pour la musique évolue, et l'on délaisse les musiques de cour pour des musiques plus rustiques et populaires.

 

Avec l'arrivée de l'époque d'Edo (17e siècle), une musique véritablement japonaise se développe, en parallèle à l'arrivée de nouveaux instruments tels que le shamisen ou le shakuhachi. Différents genres émergent, notamment les musiques liées au théâtre.
Avec l'ouverture du Japon au monde en 1868, la musique occidentale arrive sur l'archipel et influence les styles japonais, mais il faut attendre 1920 pour que des musiciens japonais se mettent réellement à des instruments occidentaux tels que le piano ou le violon.

 

Parmi les instruments traditionnels japonais, on retrouve le biwa, le koto (voir l'estampe ci-dessus), le shakuhachi et le shamisen, ce dernier ayant connu une forte montée en popularité à partir du XVIe siècle. Cependant, on ne peut nier que la musique japonaise actuelle est grandement influencée par les styles et les instruments occidentaux.

 

 

Musique traditionnelle

 

Le Gagaku [musique raffinée] n. m. : Musiques et danses traditionnelles de cour, opposées au zokugaku (musique populaire). Elle est jouée par les gakunin. C'est une musique vocale et instrumentale, souvent accompagnée de danses, qui a des fonctions profanes ou religieuses.

 

Le mikagura, désigne la musique accompagnant le culte shintoïste des ancêtres de la famille impériale

 

Le kangen, est une musique d'ensemble instrumental profane.

 

Le bugaku, est une musique accompagnant les danses.

 

L' utaimono ou utamono, est la musique de cour chantée

 

 

Pratiquée d'abord en Chine, la musique de cour apparaît au Japon au Ve siècle, mais est institutionnalisée officiellement en 701, avec la création d'un « office du gagaku ».

 

Au début du IXe siècle, le genre est réformé, quand la cour s'installe à Kyōto. L'instrumentarium est réduit, on adopte deux modes (transposables) : le ryō le ritsu. On classe les pièces selon leur provenance, le répertoire est divisé en catégories.

 

Ainsi, Le kangen et le bugaku (musique profane, et musique profane dansée) sont divisés selon deux origines : uhō et samai pour la danse (Corée et Mandchourie) et sahō et umai pour la danse (Chine et sud de l'Asie). Cette distinction a aussi des conséquences sur les couleurs dominantes des costumes, qui sont le vert et le jaune pour le uhō, et rouge pour le sahō. L' utaimono, est distingué selon la langue des poèsies : les saibara pour le japonais et les rōei pour le chinois.

 

Après la réforme du IXe siècle, le Gagaku est très apprécié, de nombreux compositeurs s'y adonnent. Il perd de ses faveurs au XIIe siècle, avec l'arrivée des militaires au pouvoir, et disparaît pratiquement au milieu du XVIe siècle, hormis dans quelques foyers aristocratiques et religieux, pour renaître sous le règne du shogun Ieyasu Tokugawa (1543-1616).

 

 

Les instruments de la musique de coursho

 

  • • Kakko, petit tambour, joué avec des baguettes (bachi.). Il indique les tempis, il est l'instrument du chef de chœur (sahō et samai)
  • • San no tsuzumi, petit tambour en forme de sablier, utilisé pour marquer les temps forts (uhō et umai)
  • • Shakubyōshi, claquette en bois
  • • Shōko ou shōgo, petit gong en bronze, décliné en trois grandeurs (kangen et le bugaku)
  • • Taiko, grand tambour à maillet, décliné en trois grandeurs (dadaiko, tsuridaiko et ninaidaiko), pour marque les temps forts des phrases (kangen et bugaku)
  • • Hichiriki, hautbois à neuf trous au son strident (tous les genres du gagaku)
  • • Kagurabue ou yamatobue, flûte (mikagura)
  • • Komabue, flûte d'origine coéenne (mikagura, uhō et umai)
  • • Ryûteki ou ōteki, flûte traversière à sept trous, d'origine chinoise (mikagura, sahō, utamono, samai)
  • • Shō (voir photo ci-contre), orgue à bouche à dix-sept tuyaux en bambou. (utamono, sahō, bugaku)
  • • Gakubiwa, luth à quatre cordes (saibara et kangen)
  • • Gaku-sō sō ou sō no koto, cithare à treize cordes utilisée (saibara et kangen)
  • • Yamatogoto ou wagon, cithare à six cordes ( mikaura )

 

 

Sources : http://www.musicologie.org/sites/j/japon.html

 

Sites à visiter :


http://fr.wikipedia.org/wiki/Musique_japonaise

http://www.jame-world.com/fr/articles-1986-presentation-et-rapide-historique-de-la-musique-japonaise-traditionnelle.html

http://semioweb.msh-paris.fr/ressources_enligne/wwwarchives/sinae/MusTradJap/Intro.htm

http://www.musis.ca/musique_japon_bas.html

http://www.onesttousdesartistes.tv/histoire-art/la-musique-japonaise

http://books.google.fr/books?id=WMPrbED_fPIC&pg=PA20&lpg=PA20&dq=histoire+de+la+musique+japonaise&source=bl&ots=h3hwrWWOU8&sig=-SH4TdO2VemuLeM0xsRHu3J3r1U&hl=fr&sa=X&ei=Ie9KUqC7BMuW0QWdtIG4CA&ved=0CEMQ6AEwAzgK#v=onepage&q=histoire%20de%20la%20musique%20japonaise&f=false

http://www.tout-le-japon.com/musique/la-musique-japonaise-en-resume/

http://www.ongaku-dojo.fr/

http://www.linternaute.com/musique/pop-rock/10-artistes-de-j-music.shtml

http://cumhe.tumblr.com/post/55078917253/j-jazz-le-jazz-made-in-japan

 

Discographie sélective :