Accueil

nighthawks friedlanderEcrit lors du passage de l'ouragan Sandy qui a privé Manhattan d'électricité pendant 5 jours en 2012, Nighthawks, nouvel opus du violoncelliste Erik Friedlander, est un album d'une pétillante mélancolie où se côtoient à merveille le jazz et le blues entre autres. A la fois chaleureuse, intimiste ou même dansante et décalée (le titre Sneaky Pete), cette musique, servie par un excellent quatuor violoncelle/guitare/basse/batterie, vous accompagnera encore longtemps après son écoute. A découvrir absolument en cette période automnale...

 

the2

 

Oubliez les rigueurs de l'hiver et venez vous réchauffer à la bibliothèque ! Une tasse de thé sera proposée par Cathy aux lecteurs présents à partir de 16h45 les mardis et vendredis. Une expérience qui allie détente et découverte, menée en partenariat avec Christophe Chenesseau du Grenier de Marie et Anaïs que les olivetains connaissent bien et qui s'occupera de la sélection des thés servis. NB : un plateau sera mis à votre disposition au RDC (près de la banque de prêts) ainsi qu'au 1er étage (près de l'ascenseur) pour le retour des tasses.

 

 

aventureselonmoA travers le regard espiègle et décalé de Mo, la jeune héroïne, nous découvrons Port-Tupelo, petite bourgade perdue dans le Sud des Etats-Unis. Nous goûtons l'ambiance conviviale de son café où défilent du matin au soir, presque tous les habitants. Mais la petite communauté va être secouée par un drame : un meurtre est commis et le colonel, père adoptif de Mo, est suspecté... La fillette décide de mener l'enquête !

 

Un roman très frais, plein d'humour et de fantaisie, offrant un vrai suspens et surtout, une galerie de personnages hors du commun et vraiment attachants ! Il y a tout d'abord Mo, l'héroïne optimiste, débrouillarde, qui jette à l'eau des messages dans des bouteilles en espérant qu'elles lui permettront de retrouver sa maman. Puis Miss Lana, la mère adoptive de Mo, qui cache sous son tablier de serveuse et ses perruques extravagantes, un cœur gros comme ça ! Et bien sûr le colonel, force de la nature au tempérament bien trempé, qui a trouvé et recueilli Mo alors qu'elle n'était encore qu'un bébé. Sans oublier, Dale, Lavender, Miss Rose et les autres... Autant de compagnons de lecture qui prennent vie grâce à la verve de Mo (et au talent de l'auteur !), et que l'on a plaisir à retrouver à chaque page !

 

hiverenenfer

 

A 15 ans, Edward Barzac, jeune lycéen, a déjà vécu plusieurs vies. Il s'en serait d'ailleurs bien passé. Il y a la vie d'avant l'accident, celle d'un ado plutôt réservé qui subit le harcèlement de camarades un poil énervés. Il y a sa vie de famille, une mère dépressive, incapable d'amour maternel, devenue complètement étrangère pour Edward. Et puis, il y a son père, architecte connu et reconnu, qu'il adore, mais il y a aussi l'accident...

 

De retour d'un long séjour en hôpital psychiatrique, il retrouve une mère transformée qui lui fait la promesse que plus rien ne sera comme avant. Cette promesse de bonheur est déjà loin lorsque la voiture de ses parents se retrouve dans un fossé. C'est alors tout l'univers d'Edward qui est soufflé. La faiblesse fait alors place à la haine, l'amour à l'étouffement. Un face à face angoissant qui mène notre héros au bord de la folie, et qui ne peut se résoudre à croire, que cette mère, cette étrangère, lui veut tant de bien. D'ailleurs tout porte à croire le contraire...

 

Jo Witek nous livre ici un thriller psychologique palpitant dont l'issue défie toutes nos certitudes.

A ne pas manquer !

 

 

 

 

alba blabaUn petit garçon silencieux, une petite fille qui parle trop et une tarte aux myrtilles.

 

Voilà les ingrédients de cet album surprenant qui aborde avec pudeur les difficultés d'un enfant qui ne parle plus. Il croit pouvoir s'exprimer par les gestes : un sourire, un chapeau soulevé en guise de salut, mais bien vite il se retrouve coupé des autres. C'est sa jolie voisine qui va lui redonner l'envie de parler et de profiter de la vie. Pour Alba, il va retrouver la voix.

Une histoire et des illustrations qui interpellent.

Un livre différent, à découvrir.

 

les desarmesUn jeune braqueur de banques, Baby Jack, est revenu dans sa ville d'enfance pour retrouver sa famille et au passage faire un hold-up. Mais il va devoir composer avec un groupe de mafieux locaux dont le boss à l'autorité vacillante a lui aussi prévu de cambrioler la banque... Braquage dans lequel sont également impliqués un flic ripoux violent qui mange à tous les râteliers et la mère de Baby Jack elle-même ! Ajoutez à tout ce « beau monde » un énigmatique jeune homme un brin obsédé et louche travaillant dans un hôtel et vous obtenez une histoire pleine de complots et de trahisons très surprenantes révélant toute la noirceur et toutes les névroses des protagonistes...

 

Ce western urbain / road movie ne laisse aucune place à l'ennui ! La force des Désarmés réside dans l'articulation des évènements. On pourrait presque parler de « montage » tant cette BD fait penser à un film ! Elle est construite un peu à la manière de Reservoir Dogs (de Quentin Tarantino), entremêlant dans une première phase longs flash-backs et courtes scènes dans le présent, et faisant se rejoindre le tout dans une seconde et dernière partie pour livrer une véritable « tragédie du pathétique ». Le dessin de Mezzo est parfaitement adapté à l'ambiance décadente de l'histoire : traits torturés, visages presque difformes, couleurs à la fois sombres et fades, comme « délavées ». Un dessin qui sait servir l'intrigue et révèle une grande maîtrise technique ! Très influencé par les polars « hard-boiled » et le film noir des années 50, Les Désarmés est une BD démontrant que l'espoir est capable de trouver sa source n'importe où, même dans un bourbier d'intrigues ou de situations aussi poisseuses que sordides...